Collectifs

– BLACK SCREEN

BLACK SCREEN est un atelier collectif de sérigraphie constitué courant 2001. Black Screen emménage dans un local vacant, mais néanmoins insalubre, au rez-de-chaussée de la Duende, 91 rue Montesquieu. Les choses se mettent progressivement en place autour d’une petite dizaine de personnes. Le fonctionnement est coopératif et appelle à une responsabilisation des participants. Les frais inhérents au local et à l’achat de matériel sont répartis entre les adhérents de l’atelier. Quelques murs fissurés et dégâts des eaux plus tard, après la réhabilitation de l’immeuble et d’âpres négociations avec l’OPAC du Rhône, Black Screen réintègre des locaux neufs en Juin 2006, partagés avec la Luttine.

Impression d’affiches, couvertures de fanzines, pochettes de disques, T-shirts, autocollants, utilisant la plupart du temps des supports de récupération, dans une esthétique cheap, brute et dépouillée, un peu D.I.Y. du Tiers-Monde en quelque sorte… Pas de professionnalisation envisagée pour le moment, les sérigraphes peaufinent leur technique et se forment sur le tas. Black Screen fonctionne comme un vieille bagnole un peu cabossée qui serait empruntée par différentes personnes ayant chacun leur approche de la conduite, les vitesses craquent un peu par moments, il faut régulièrement procéder à des réglages de moteur et veiller à l’entretien du véhicule, tant que la voiture avance, ça roule.

– CAISSE DE SOLIDARITÉ

Un texte de présentation de la Caisse de Solidarité lyonnaise contre la répression à diffuser largement avec un contact téléphonique.

Se retrouver avec les flics sur le dos, menottés, la gueule par terre, en garde à vue, puis finalement au tribunal avec une bonne amende ou quelques mois de prison : c’est une situation de plus en plus courante, qui touche de plus en plus de monde. Avec la multiplication des lois sur la sécurité, le moindre écart suffit et il en faut peu pour devenir illégal. Plusieurs mois de prison pour avoir manifesté après l’élection de Sarkozy, des contrôles d’identité qui se transforment en « outrage et rebellion », des mises en examen pour avoir participé à une occupation de fac…

Face à cela, généralement, il faut se démerder tout seul : trouver un avocat, élaborer une défense, payer des frais de justice, cantiner en prison. Parfois on est soutenu par la famille, par des amis, par un syndicat. Parfois non, en tout cas ce n’est pas suffisant.

Face à la répression, à la police, à la justice il devient nécessaire de s’organiser. S’organiser sur du long terme pour trouver de la thune et la mettre en commun, pour payer des frais de justice, pour trouver des avocats qui s’occupent de ces affaires. S’organiser ce n’est pas « aider les autres qui en auraient besoin », c’est se retrouver à partir de ce qu’on vit, se tenir concrètement et faire face ensemble.

Pour des témoignages, informations :
06-43-08-50-32
caissedesolidarite (arobase) riseup (point) net

Tract imprimable

– INFOSHOP

Un info-shop a vu le jour au mois de mars 2007 et ouvre tous les samedis après-midi de 14H à 18H mais également à d’autres occasions pour des ateliers, expos, etc. Nous distribuons des fanzines, brochures, disques sorties en autoproduction ou par de petits labels (beaucoup de punk, hardcore, noise, mais aussi folk, blues, etc) dans un esprit « non-profit ». En effet, le but n’est pas de créer un énième espace marchand, mais de faire connaître les productions de groupes ou personnes dont la démarche nous intéresse. Une fanzinothèque est également en consultation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s